Écran de Rétrovision | Crédit photo ©SYTRAL
Projet

Rétrovision : à Lyon, les conducteurs de bus voient la vi(ll)e en grand !

Écran de Rétrovision | Crédit photo ©SYTRAL
Partager
Publié le18 JANV. 2022
AuteurKeolis
Partenaires
À Lyon, Keolis a expérimenté de nouveaux dispositifs de rétrovision par caméra (ADAS, Advanced Driver Assistance Systems). Objectifs : augmenter la sécurité des personnes en situation de vulnérabilité (piétons, cyclistes, « deux roues », etc.) et améliorer la qualité de vie des conducteurs. Retour sur une histoire d’innovation collaborative.

Contexte : Les angles morts, facteurs de risques en milieu urbain 

Qui n’a jamais souffert d’un angle mort ? Qui ne s’est jamais fait peur au volant en voyant au dernier moment un véhicule ou un deux roues très près – trop près – de soi. L’angle mort du champ de vision des conducteurs de véhicules lourds, bus et camions en tête, est un des principaux facteurs de risques en milieu urbain. En cause, les rétroviseurs classiques à miroirs, mal adaptés alors que la circulation s’intensifie.  

L’innovation : équiper les bus de caméras de rétrovision 

Keolis a expérimenté une nouvelle solution : remplacer les rétroviseurs classiques par des rétroviseurs dotés de caméras, offrant aux conducteurs de bus une vision élargie et complète de leur environnement sur deux écrans, qui suppriment tout angle mort. Une technologie ADAS - « Advanced Driver Assistance Systems », aussi appelée en français « système avancé d’assistance et d’aide à la conduite » - qui améliore la sécurité des personnes vulnérables grâce à un champ de vision très large, des écrans anti-éblouissement qui s’adaptent automatiquement à la luminosité ambiante, et des caméras résistant à l’eau et au calcaire. 

Responsable de comptes Automotive chez Vision Systems

Matthias Sissoko

Responsable de comptes Automotive chez Vision Systems

« Dans un esprit de collaboration long terme, nous avons réussi via notre expérimentation à proposer un produit qui, de par ses fonctionnalités, sa facilité d’utilisation et ses performances permettra aux conducteurs de conduire plus sereinement. »

La rétrovision par caméras représente un facteur d’amélioration du poste de travail des conducteurs. L’augmentation de la visibilité de leur environnement proche – des trottoirs notamment – facilite le stationnement aux arrêts et réduit l’écart entre le trottoir et le marchepied. L’impact de ce système anticollision est à ce titre significatif sur la diminution des dégradations de pneumatiques qui ont coûté 150 000 euros au Groupe en 2020. Autre avantage majeur : l’ergonomie des écrans sur la santé des conducteurs. En réduisant les mouvements de tête habituels, les probabilités de développer des troubles musculo-squelettiques baissent. Pour le confirmer, une étude est menée par l’Université Gustave Eiffel, partenaire scientifique essentiel de ce projet d’innovation. 

Conducteur de bus au volant
Rétrovision
catherine gabaude

Catherine Gabaude

Directrice de recherche à l’Université Gustave Eiffel

« Dans ce projet, l’université Gustave Eiffel, instance indépendante, a apporté son expertise pour éclairer les décisions prises par Keolis Lyon et recommander le déploiement de la rétrovision. »

Les partenaires impliqués pour mener à bien le projet 

  • Le SYTRAL, Syndicat mixte des Transports pour le Rhône et l'Agglomération Lyonnaise 

  • Vision Systems, partenaire technologique 

  • L’université Gustave Eiffel, pour la validation de la phase de tests 

  • La médecine du travail 

  • La fondation MAIF, qui a apporté son soutien financier 

  • Et les équipes de KEOLIS LYON  

marc rigolot directeur de la fondation maif

Marc Rigolot

Directeur de la Fondation MAIF

« Le projet de Keolis, en accord avec le SYTRAL, était à la fois pertinent et innovant car il va permettre des avancées, un déploiement rapide, et sans doute une baisse des accidents. »

Les prochaines étapes : un déploiement de la rétrovision par caméras à l’échelle de la métropole lyonnaise 

Depuis mars, les véhicules équipés de cette technologie ADAS circulent avec des passagers, à la grande satisfaction des conducteurs. Le Syndicat Mixte des transports pour le Rhône ainsi que l'agglomération lyonnaise (SYTRAL) – qui a cofinancé la solution à 50 % avec Keolis – se sont associés à ce déploiement. La Fondation MAIF a également apporté son soutien financier. Consciente que « la question des accidents de personnes vulnérables, notamment en ville, est devenu un vrai sujet », elle avait à cœur de soutenir « des solutions pour mieux comprendre, prévenir et éviter les risques d’accident », explique son directeur Marc Rigolot. Le réseau de bus lyonnais est le premier en France à être équipé d’un tel système anticollision. D’ici à 2027, le SYTRAL vise le déploiement de la rétrovision sur l’ensemble des 1 000 bus de sa flotte. 

150 000

coût pour le Groupe Keolis des dégradations de pneumatiques en 2020

5

Pouce ok

partenaires impliqués dans le projet rétrovision

1 000 

nombre de bus sur lesquels le Sytral vise le déploiement de la rétrovision d’ici à 2027