Bus rennais
Projet

Keolis, partenaire de l’agglomération rennaise pour l’amélioration de la qualité de l’air

Bus rennais
Partager
Publié le19 JANV. 2022
AuteurKeolis
Partenaires
Le projet européen Air Quality and Mobility, cofinancé par l'Union européenne, souhaite contribuer à l’amélioration de la qualité de l’air dans les transports en commun de Rennes Métropole. AQMO est la première initiative européenne de smart city visant à fournir une plateforme urbaine globale ayant recours au calcul haute performance.

Contexte : améliorer la qualité de l’air, un enjeu de société 

La qualité de l’air est un enjeu sociétal, au croisement de nombreuses expertises. Les acteurs de la mobilité et les collectivités souhaitent la mesurer efficacement et régulièrement dans les transports en commun. 

Des micro-capteurs de particules fines sur les bus de Keolis Rennes
Des micro-capteurs de particules fines sur les bus

L’innovation : des micro-capteurs de particules fines sur les bus de Keolis Rennes   

Créé en septembre 2018, le consortium AQMO - un partenariat scientifique, technique et économique - regroupe de nombreux acteurs locaux et nationaux : Keolis, Rennes Métropole, l'Université de Rennes 1, le CNRS / IDRIS et Air Breizh. Leur projet commun est de mesurer en continu la qualité de l’air dans les transports rennais grâce au calcul haute performance (HPC). Huit bus de Keolis Rennes ont ainsi été équipés de micro-capteurs de particules fines. Leurs données seront ensuite traitées et partagées sous forme de cartographie – grâce à une plateforme cloud – aux citoyens, autorités locales, scientifiques et entreprises, faisant ainsi de Rennes une véritable smart city.   

Les bénéfices : offrir aux Rennais une meilleure qualité de l’air  

Avec l’utilisation des micro-capteurs, AQMO réalisera des mesures rigoureuses et continues de la qualité de l’air dans une vaste zone, et ce à moindre coût. La mise en œuvre du HPC aidera à mieux caractériser la pollution dans la région rennaise et permettra une meilleure prise de décision, notamment en ce qui concerne la planification urbaine (en comparant par exemple l’impact des scénarios d’aménagement). En offrant ce nouveau type d'analyse et en déployant un réseau de capteurs connectés en ville, le consortium AQMO contribuera en outre à dynamiser l’activité économique et l’emploi, tout en stimulant l’engagement des citoyens pour un air de meilleure qualité.  

Passagers traversant au passage clouté devant un bus
Bus et qualité de l’air

Les prochaines étapes : encourager l’essor du dispositif AQMO dans d’autres villes intelligentes   

Fort d’un important réseau de partenaires, les acteurs du projet pourront communiquer leurs observations aux communautés scientifiques, aux décideurs politiques ainsi qu’aux citoyens. La méthodologie AQMO, contribuant à l’essor des smart cities est en effet transposable à d’autres zones urbaines et organisations souhaitant s’inspirer de l’agglomération rennaise. Enfin, l’installation d’objets connectés à bord des bus pourrait encourager à penser de nouveaux usages ou fonctionnalités, autour par exemple de la télémaintenance ou de l’information voyageur